Je lis, je critique : La Marque du Fleuve

Mercy-THOMPSON-T6-La-Marque-du-Fleuve

A lire avant : Mercy Thompson T5 : Le Grimoire d’Argent. Retrouvez ma critique ICI

Résumé personnel :

Mercedes et Adam ont la possibilité de partir en voyage loin de la meute et en règle générale, loin des problèmes. Du camping en amoureux, quoi de mieux pour renforcer leur couple et profiter de leur relation en toute intimité ? Cependant, il semblerait que la destination n’ait pas été idéale s’ils voulaient éviter les ennuis surnaturels à résoudre. En effet, dans la Columbia vit une créature dangereuse dont il va bien falloir s’occuper. Au moins, Mercy et Adam ne pourront pas se plaindre de la routine dans leur couple ! De plus, ce voyage risque d’en apprendre beaucoup plus à Mercedes sur ses origines amérindiennes…

Critique :

Nous avons vu les vampires et les faes à plusieurs reprises, Patricia Briggs a donc opté pour un autre thème de l’univers des Mercy Thompson, il s’agit ici de la culture amérindienne. Cela a permis d’introduire de nombreux personnages et de développer beaucoup d’éléments autour de Mercy et ainsi de répondre à nos questions. Nous apprenons ainsi pourquoi notre héroïne peut se transformer en coyote, si elle est la seule de son espèce et bien d’autres encore.

Ce volume présente donc un nouveau personnage qui est fascinant de part sa capacité à mettre les autres en danger pour des motifs dérisoires sans vraiment se rendre compte de la dangerosité de ses actes. De plus, ses explications pour justifier cela sont finalement logiques et on accepterait presque ce qu’il fait ce qui est assez impressionnant. Pour les habitués du langage du net, je qualifierai ce personnage de véritable « troll » ce qui le rend drôle, bien qu’à la place de Mercedes, je doute qu’elle partage cet humour puisqu’elle en a fait les frais.

J’ai trouvé ce sixième tome plutôt éprouvant pour mon petit cœur qui a été maltraité pendant la lecture du livre. Il s’agissait d’une relecture donc c’était plus facile à appréhender mais tout de même, ce n’était pas toujours évident.

Cependant, et ce sera mon dernier point, je l’ai trouvé un peu en dessous des autres. Tout d’abord, il ne suit pas le schéma narratif habituel or c’est ce schéma qui rend le livre attrayant, en partie, à mes yeux. Ensuite, on découvre de nouveaux personnages mais ils ne sont pas ceux que nous connaissons d’ordinaire et il est difficile de développer des liens affectifs avec eux. De plus, puisque nous avons presque une sorte de huis clos, Mercy n’interagit avec personne d’autres qu’Adam ou les nouveaux personnages, ce qui a des conséquences sur l’humour qui n’est pas totalement absent mais qui n’est pas aussi présent que dans les autres tomes.

Bonne lecture.


Michiko

Publicités

2 réflexions sur “Je lis, je critique : La Marque du Fleuve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s