Je lis, je critique : Le Grimoire d’Argent

Mercy-Thompson-T5

A lire avant : Mercy Thompson T4 : La Croix d’Ossements. Retrouvez ma critique ICI

Résumé personnel :

Mercy Thompson reçoit un appel de Tad, le fils de Zee. Apparemment, il y aurait un problème avec le libraire qui lui a confié le livre sur les faes. Mercy lui promet donc de le rapporter dès que possible et d’en profiter pour voir si tout va bien, ce qui tranquillise Tad. Mais lorsque la mécanicienne essaie de le contacter ou de se rendre chez lui, celle-ci a un très mauvais pressentiment. Parallèlement à cela, il semble qu’il y ait de gros problèmes avec Samuel qui vit très mal sa condition de loup solitaire. De plus, Samuel est un très vieux loup ce qui complique grandement les choses et inquiète fortement Mercedes.

Critique :

Nous nous retrouvons en immersion chez les faes, ces créatures venues d’Europe et qui sont particulièrement mystérieuses. L’avantage avec elles, c’est que tout peut être possible et souvent, il vaut mieux éviter de réfléchir et de chercher une quelconque rationalité sans attraper une migraine carabinée. Je ne mentionne pas ici des incohérences, tout y est somme toute logique si on accepte une grande part de choses improbables rendues possibles par la magie.

Ce tome permet l’introduction d’un nouveau personnage fascinant, surtout de part son origine et son histoire qui nous renvoie loin en arrière. J’ai beaucoup apprécié et lire les Alpha et Omega m’a permis de faire certaines connections et de combler quelques zones d’ombre ce qui m’a permis d’avoir un tableau d’ensemble plutôt vaste et complet. On sent une fois encore que rien n’est laissé au hasard avec Patricia Briggs et c’est à se demander si tout été prévu à l’avance comme ce genre de choses le laisse supposer ou si elle parvient à inventer au fur et à mesure tout en maintenant une certaine linéarité ou logique dans le passé des personnages.

Cette série ne serait rien sans mes personnages préférés, je nomme Jesse qui est complètement loufoque mais géniale et doté d’un sens de l’humour qui me convient. Je nomme également Adam qui n’en manque pas contrairement à ce que l’on aurait pu croire avec lui bien que cela soit certainement lié à Mercy qui sait le faire tourner en bourrique. Enfin, mon personnage préféré par excellence, Warren. Il est le genre de personne avec qui je pourrai me lier d’amitié sans problème, j’adore son humour et sa personnalité et je serais étonnée d’apprendre qu’il déplaît à quelqu’un si ce n’est ceux qui malheureusement ne l’aiment pas uniquement à cause de son orientation sexuelle, ce qui est un problème soulevé dans cette série. Dois-je vous rappeler à quel point les loups-garou sont particulièrement machistes ?

C’est aussi cela que j’aime chez Mercedes, son côté indépendante et rebelle qui lui permet de donner de grands coups de pied dans la fourmilière machiste des loups pour leur montrer son point de vue et de démontrer par ses actes qu’une femme et même pire encore, qu’une coyote est capable de faire beaucoup et mérite sa place. D’ailleurs, j’ai trouvé certains membres de la meute injustes. Ils ont tendance à lui reprocher des tas de choses en lien avec les tomes précédents qui n’ont rien à voir avec elle si ce n’est qu’elle a cherché à y mettre fin, contrairement à eux.

Vous l’aurez compris, ce cinquième opus fait partie de mes préférés.

Bonne lecture.

Michiko

Publicités

2 réflexions sur “Je lis, je critique : Le Grimoire d’Argent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s