Je lis, je critique : L’Origine

Alpha-Omega-T0-Lorigine-317x500

A lire avant : Mercy Thompson tome 1 : L’Appel de la lune. Retrouvez ma critique ICI

Ce tome étant très court, je ne pourrai pas vous apporter une critique très élaborée pour ce tome-ci.

Critique :

Chronologiquement, ce tome 0 se passe en même temps que le premier tome de la saga des Mercy Thompson du même auteur mais je vous conseille de le lire juste après ce dernier parce que L’Origine est un roman de présentation de la nouvelle saga spin-off Alpha et Oméga. Pour ceux qui ont lu le premier tome des Mercy Thompson, nous sommes dans une des deux meutes de Chicago où nous suivons Anna, louve changée de force et qui a subi de nombreux sévices par les autres membres masculins de sa meute. Mais fort heureusement, Charles, le mystérieux assassin amérindien et fils de Bran Cornick qui n’est autre que le Marrok, doit intervenir auprès de la meute. Ce dernier découvre la véritable nature d’Anna et fera tout pour la sauver.

Il s’agit d’un spin-off très court mais qui est sorti après le premier tome de la saga Alpha et Omega. Le prix est plutôt élevé pour à peine 122 pages mais il reste à lire ne serait-ce que pour découvrir Charles que nous avons croisé à travers le regard et les souvenirs de Mercedes. Chaque fois qu’elle en parlait, j’avais envie d’en savoir plus sur lui d’autant plus que son origine est unique. Par conséquent, je suis contente de voir mes souhaits se réaliser.

Patricia Briggs a fait des études d’histoire, je suppose donc que ses références aux Amérindiens ou Indiens puisque Charles n’aime pas le premier terme, sont issues de recherches qu’elle a pu mener, en tout cas, je l’espère. Et comme il s’agit d’un sujet que je ne connais pas du tout, en dehors de quelques films qui présentent l’histoire indienne de manière douteuse, mais qu’il s’agit d’un sujet que j’aimerais connaître un peu mieux, j’ai été ravie que l’auteure l’aborde, notamment au niveau des légendes et de la magie, forcément.

Enfin, ce qui change par rapport à la série principale est le passage à la troisième personne. Je l’ai trouvé malheureusement plus faible, cela a rendu l’écriture moins fluide, je pense, ce qui est vraiment dommage puisque ce début de saga me promet une future addiction.

En conclusion, ce tome 0 n’est pas excellent et il coûte bien trop cher pour ce qu’il est, cependant, il est le point de départ d’une série prometteuse donc cela vaut la peine de l’emprunter à la bibliothèque par exemple.

Bonne lecture.

Michiko

Je lis, je critique : Louise

la-gardienne-du-miroir,-tome-1--louise-418878-250-400

Résumé personnel :

En 1338, le château de Gombervaux a été construit par le Diable en personne. Suite à un défaut de paiement de la part du seigneur de ce château, le Malin a décidé de faire disparaître le tertre au fond d’un vallon. Cependant, le Diable aurait été puni et emprisonné dans un miroir par un enchanteur. Quelques siècles plus tard, en 2012 pour être plus précise, nous suivons les pas de Louise, une jeune femme qui travaille avec deux amies à elle à confectionner des savons ou huiles à base de plantes à la manière des sorcières. Mais des sorcières avec une formation plus scientifique qu’ésotérique. Cependant, Louise hérite d’un grand miroir lors du décès de sa grand-mère. Personne ne sait ce dont il s’agit. Parallèlement à cela, la jeune femme croise à plusieurs reprises un mystérieux jeune homme qui se trouve toujours au bon endroit et au bon moment… Que lui veut-il ?

Critique :

Démarrons avec un petit commentaire qui n’a pas une grande importance en soi mais j’adore le format du livre, il est petit et du coup plutôt amusant et grandement pratique.

Globalement, l’histoire est sympathique bien que certains éléments, notamment au niveau des révélations, me semblent légèrement confus. Je dois reconnaître que je me suis perdue à plusieurs reprises mais en même temps, peut-être que ce flou qui m’entoure est un effet recherché. Nous verrons bien ce qu’il en est dans la suite de la trilogie.

Concernant Lou, je l’ai adoré, ça a plutôt bien accroché entre elle et moi mais par moment, je dois bien avouer que j’avais un peu de mal à la suivre ou à la comprendre. Certains de ses choix étaient frustrants parce qu’ils ne répondaient pas à ma logique. C’est assez paradoxal mais étant une adepte des jeux de rôle papier ou via des jeux vidéos, j’aime suivre une histoire en fonction de mes choix. Là, évidemment, je suis l’histoire de l’auteur et forcément, si je ne suis « pas d’accord » avec le personnage principal, je n’assiste pas à la même histoire. Mais je m’égare et je parle de quelque chose qui n’a rien à voir avec l’auteur et son histoire. A plusieurs reprises dans le livre, j’avais envie de secouer Lou pour lui dire de ne pas faire tel ou tel choix ce qui est difficile à vivre puisque l’enjeu du livre est justement les choix qu’elle va devoir faire.

Cela étant, il faut lui reconnaître une situation pas du tout évidente et j’ai adoré plonger dans cet univers qui me tenait en haleine au fil des pages, craignant chaque fois le « mauvais choix » selon moi. D’autres fois, j’étais tout aussi perdue que Louise et j’étais particulièrement inquiète de la situation. Laëtitia Reynders s’est donc bien amusée à mettre mes émotions dans des montagnes russes.

Louise a de très bonnes références culturelles, in extenso l’auteure aussi, comprenez qu’elles ont donc les mêmes que les miennes ce qui est plutôt important pour moi et ce qui est une bonne chose puisque avec ce premier tome, je me suis lancée dans l’inconnu, mais sachez que je ne suis pas déçue du voyage. L’histoire est prenante et il est donc difficile de lâcher prise avant d’avoir lu la fin. Et même là, c’est un piège puisque dès la fin de la lecture du premier tome, je n’ai eu qu’une envie, lire la suite. Malheureusement, il va falloir que j’attende un peu.

Le seul véritable défaut de ce roman vient de la correction de celui-ci. L’auteure a beaucoup de vocabulaire et c’est une très bonne chose mais le livre comporte de trop nombreuses fautes. Alors certes, je fais des fautes, tout le monde en fait et il est difficile d’être irréprochable sur le sujet. Je ne jette la pierre à personne et même les grosses maisons d’éditions en font. Cela étant, là, j’ai trouvé qu’il y en avait trop ce qui est dommage quand on voit le vocabulaire de Laëtitia Reynders. Donc vous vous en doutez bien, ce n’est pas un drame, La Gardienne du Miroir est une série qui semble très prometteuse avec ce très bon premier tome mais j’espère que la suite aura eu droit à une relecture et une correction plus approfondies car ce serait dommage de décourager des lecteurs à cause de ce genre de détail.

[EDIT] Il semblerait qu’il y ait eu une réédition depuis mon achat, donc des corrections ont été apportées, ce qui est une bonne nouvelle pour vous ! [EDIT]

Bonne lecture.

Michiko