Je lis, je critique : Concours #2

Concours #2 :

Bonjour à tous !

Avec mon partenaire Tom (alias Lavoixdulivre), nous organisons un concours afin de fêter ce partenariat.
A la clé vous gagnerez peut-être le conte de Pierre Thiry :

Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines (retrouvez ma critique de ce conte en cliquant ici).

Un autre lot est à gagner sur le blog de Lavoixdulivre. Je tiens à remercier Pierre Thiry pour sa gentillesse et sa générosité.

Pour participer, c’est très simple. Il vous suffit de deviner le titre du livre ainsi que son auteur, correspondant à la critique qui suit. Vous disposez d’un indice sur le blog de Tom. De son côté, il a fait la même chose et voici donc son indice : « Ayez les femmes, vous vendrez le monde »
Bien entendu vous disposez de trois essais que vous numéroterez dans le même message comme ceci :

  • 1) Proposition n°1
  • 2) Proposition n°2
  • 3) Proposition n°3

Si le bon livre se trouve à la première place vous gagnez 3 points, si elle est à la deuxième place, vous gagnez 2 points et si elle est à la troisième place, vous gagnez 1 point.
Envoyez votre participation à cette adresse mail : michiko.critiques@gmail.com avec un minimum de politesse. Je me réserve le droit de supprimer la participation de ceux qui ne se donneraient pas la peine d’afficher un minimum de politesse dans leur message.
Je vous demanderai également de me préciser si vous avez participé au concours de Tom (cela nous permettra de nous organiser correctement).
Afin de valider votre participation, je vous demanderai de laisser un commentaire sur ce sujet.

Merci à tous et bonne chance.

PS : L’envoi de votre adresse personnelle est facultatif, je la demanderai au gagnant en temps voulu.

Critique pour le Concours #2

Résumé personnel :

« Notre Héroïne » est une lycéenne introvertie. Ce n’est pas véritablement sa faute. En effet, « notre héroïne » possède un don qu’elle ne s’explique pas. Lorsqu’elle touche une personne, elle peut lire ses pensées, ou encore voir des images de son passé. Personne n’est au courant de son don, même pas sa seule véritable amie « … » avec qui elle partage tout. Cette vie, simple en apparence, va se compliquer lors de l’arrivée de « … », un jeune homme beau et solitaire. Dès son arrivée, « notre héroïne » va commencer à avoir des rêves étranges dans lequel elle vole. Mais plus étonnant encore, c’est que ce jeune homme semble la connaître alors qu’elle ne se souvient pas de l’avoir vu. Attirés l’un par l’autre, « le garçon » et « notre héroïne » vont rapidement découvrir qu’ils possèdent tous deux les mêmes pouvoirs. Rapidement, ils se demandent ce qu’ils sont. Tandis que « notre héroïne » l’ignore, « le garçon » est persuadé qu’ils sont des Vampires. Tous deux effectuent alors des recherches sur ce qu’ils pourraient être. Lorsque la vérité éclate enfin, nos deux protagonistes se retrouvent embarqués dans un conflit ancestral et dangereux.

Critique :

« Titre du livre » est le premier tome d’une série dont le deuxième tome est sorti récemment. C’est un livre qui se lit rapidement et dispose d’éléments intéressants malgré de très nombreux stéréotypes. J’ai lu ce livre avant Hush Hush et Damnés mais il leur ressemble énormément. Nous retrouvons une héroïne trop gentille avec une amie bonne poire et un garçon beau et mystérieux. L’univers du roman est intéressant et apporte des éléments nouveaux puisque la trame de fond est différente mais c’est tout. Donc si vous n’avez pas lu les deux autres livres cités, vous trouverez cette œuvre originale, si vous les avez lus, vous aurez une impression de déjà vu.
Dans l’ensemble, le livre est bien écrit, c’est fluide, facile à lire. L’allusion aux Vampires aurait pu être mieux exploitée à mon avis. Dans l’état actuel des choses, on aurait dit que parler des Vampires étaient là dans l’unique but d’attirer les lecteurs fans de Vampires. C’est bien dommage puisque la série de Becca Fitzpatrick n’a pas eu besoin de ce stratagème pour vendre.
La première partie du livre est vraiment longue, ce qui est normal pour un premier tome qui sert à la mise en place de l’univers dans lequel l’auteur cherche à nous immerger. J’espère qu’on ne retrouvera pas ceci dans le deuxième tome car c’est vraiment le plus gros point négatif qu’on pourrait trouver à ce roman.
La deuxième partie du livre, celle dans laquelle le lecteur et les personnages en savent suffisamment pour déterminer si l’histoire en vaut la peine ou non, s’avère intrigante. De l’action en perspective, des révélations plus importantes encore. J’espère que le deuxième tome relèvera le niveau du premier tome même si le dénouement du premier laisse planer un doute.
En résumé, un roman à la hauteur des autres livres du genre. Il n’est pas un coup de cœur mais il n’est pas mauvais pour autant.

Bonne lecture.

Participants :
Nathan +3
Au fil des mots +3
Annaglasgow +3

Je lis, je critique : Résultat du Concours #1

Résultat du Concours #1 :

Mesdames et messieurs,

A 20h, le résultat du tirage au sort a été rendu, et je vous informe que c’est Ghislaine alias bibietgigi qui a remporté ce premier concours!

Elle remporte donc le livre de poche de son choix. Félicitations à toi Ghislaine!

Si vous voulez de nouveaux concours, faites connaître Je lis, je critique autour de vous, suivez-nous sur Twitter et sur Facebook!

Sur ce à la prochaine pour de nouvelles critiques!

Je lis, je critique : Concours #1

Concours #1 :

Bonjour à tous !

Voici les nouvelles : La page Facebook atteint officiellement ses 100 j’aime, le blog voit ses 100 000 vues dépassées et nous avons une maison d’éditions partenaire, la maison d’éditions Publibook . En résumé que de bonnes raisons pour lancer mon tout premier concours n’est-ce pas ?
Le prix de ce concours sera un livre de poche de votre choix (valeur inférieure à 10 euros), la collection Milady fait partie des livres de poches pour les fans de bit-lit, ne l’oubliez pas.

J’ouvre le concours à la France métropolitaine, à la Belgique et à la Suisse.

Pour participer au concours :
-Il vous faut poster un commentaire à la suite de cet article afin de valider votre participation.
-Puis envoyer un mail à cette adresse: michiko.critiques@gmail.com en indiquant : votre adresse postale, le nom sous lequel vous apparaissez dans votre commentaire (vous pouvez signer votre commentaire si vous n’arrivez pas à vous identifier), et avec un minimum de politesse.
-Vous devrez également répondre à cette question : Quel est mon genre littéraire favori?
Indiquez également si vous aimez la page Facebook ou Twitter du site (précisez le nom sous lequel vous aimez la page ou votre pseudo Twitter suivant le compte), si vous êtes inscrits à la newsletter…

En résumé, plus vous suivez Je lis, je critique, plus vous avez de chances supplémentaires de gagner!
Merci à tous et bonne chance!

Le concours se clôturera le 31 Mars à 20h00.

Participants :

Tom +3

Stéphanie Stoufnie +2

Perrine Rousselot +3

Un ange noir +2

Juls +3

RasTa-CocHoN +3

DamienDBS +2

bibietgigi +3

Hana Tsubaki +2

Arwen +3

Lucille +2

Coralie +3

Nathan +2

Dorothée +2

xYuka +2

iwona46 +2

Je lis, je critique : Tuer le père

Amélie Nothomb est un auteur spécial aussi ma critique suivra-t-elle un schéma différent de celui de mes autres critiques.

Si Amélie Nothomb est un auteur à succès, ce n’est pas pour rien. En effet, son style d’écriture est unique, déstabilisant. Amélie joue avec nous grâce à sa plume, l’arme de l’écrivain. Au début du roman, elle y apparaît nous laissant croire à une nouvelle autobiographie. L’auteur est à Paris est assiste à une partie de poker. Elle demande alors à son voisin qui est le jeune homme qui gagne à chaque fois et aussi pourquoi cet autre homme qui ne joue pas le fixe différemment des autres spectateurs. C’est ainsi que démarre l’histoire des deux personnages, loin de Paris, loin d’Amélie, aux États-Unis. Elle nous révèle ainsi qu’il ne s’agit pas d’une autobiographie mais bien d’une histoire fictive autour des deux personnages et autour de la magie. D’autres thèmes sont abordés, bien sûr, malheureusement, en parler serait révéler les secrets du livre et vous spolier l’histoire.

Le monde dans lequel nous plonge Amélie Nothomb est comme son style, déstabilisant. En effet, l’auteur nous dévoile la vie pas comme les autres de trois personnages pour le moins singulier à savoir une firedancer, un des meilleurs magiciens du monde et son apprenti. L’évolution des relations entre les personnages sont troublants et inattendus, Amélie Nothomb jouera avec nous jusqu’au bout, passant de rebondissements en retournement de situations. Ses connaissances sur son sujet sont impressionnantes, pour un auteur qui est allergique à internet.

La quatrième de couverture : « Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur » annonce clairement la couleur tout en nous laissant suffisamment dans le flou pour nous surprendre dans son coup de crayon final.
Comme je l’ai dit, Amélie Nothomb joue avec ses lecteurs, elle joue avec nous pour notre plus grand plaisir.
Un petit bémol sur la fin. Comme on le retrouve souvent dans ses romans, nous sommes déroutés par la fin brutale de l’histoire et l’on n’aspire plus qu’à une seule chose, deviner une suite qui n’a pas été écrite. J’ai encore du mal avec ses fins ouvertes comme avec Acide Sulfurique où là encore, on attend la suite, nos questions restent en suspens. Peut-être qu’un jour, la dame au grand chapeau sortira un roman où tous les personnages se retrouvent et nous racontent ce qu’il s’est passé ensuite…

En attendant, Amélie Nothomb, un seul mot : Chapeau.

Je remercie bien entendu Priceminister pour ce concours ainsi que ma correspondante en or, j’ai nommé Freelfe pour m’avoir permis de participer au concours et ainsi lire ce roman fantastique.

Bonne lecture.

Je lis, je critique : Frisson

Résumé personnel :

Grace est une adolescente ordinaire à un détail près. Enfant, elle a été sauvée par un loup alors qu’elle avait été kidnappée par la meute dudit loup. Depuis ce jour-là, sa passion pour les loups de la forêt proche de sa maison est dévorante. Un jour, un élève de son lycée est retrouvé mort. C’est alors que tout le monde crie au loup. La battue commence, les loups sont en danger notamment le loup de Grace. Ce même jour, Grace retrouve un homme complètement nu et allongé devant sa porte. Une blessure par balle à l’épaule lui fait perdre beaucoup de sang. Grace n’a jamais vu cet homme auparavant, pourtant ses yeux lui sont familiers… Quel lien relie l’homme, Grace et son loup ?

Critique :

La bit-lit est un sous-genre du fantastique que j’apprécie tout particulièrement. Contrairement aux apparences, ce n’est pas évident à écrire, il faut savoir être original sans pour autant passer outre les exigences qu’apporte la bit-lit. Des auteurs se sont ainsi perdus en pensant écrire un bon roman. Ce n’est pas le cas de Maggie Stiefvater et son roman Frisson, le premier d’une trilogie qui démarre et très bien et s’annonce prometteuse. L’auteur a su apporter de l’originalité à une histoire plutôt classique. Bien entendu, le schéma récurrent de la bit-lit est respecté mais pour notre plus grand plaisir, Maggie Stiefvater a su nous faire ressentir bon nombre d’émotions telles que la peur, la tristesse, la joie, l’inquiétude… L’originalité vient de sa vision du monde fantastique et des loups-garous par exemple. Dans les histoires de vampires, on a toujours une version différente du vampire, du loup-garou, son origine, ses pouvoirs, son histoire etc. Ici, c’est la même chose avec les loups. Un monde nouveau que je vous invite fortement à visiter.

J’ai vraiment adoré l’univers dans lequel l’auteur nous a plongés tout au long du roman. Les personnages sont très représentatifs de la réalité, attention tout de même à certains « clichés », clichés qui toutefois n’entachent en rien l’histoire. Ils sont également très attachants pour la plupart. L’histoire est cohérente du début jusqu’à la fin, l’écriture est fluide, le style de l’auteure st vraiment très bien. Autre fait important à noter, le point de vue du narrateur. Il y a deux narrateurs internes, Sam et Grace. A chaque début de chapitre, il est indiqué qui narre l’histoire. J’ai trouvé ce procédé vraiment très intéressant et inédit pour moi. Je tiens à préciser que le changement de narrateur ne nous fait pas revivre la même scène à travers deux points de vue différents. Non, l’histoire continue d’avancer, elle ne stagne pas. Cela rend la tâche plus difficile pour l’auteur qui a su néanmoins doser cette alternance à la perfection. Autre élément à noter, la température extérieure. Elle est notée au début de chaque chapitre.  Au début, on ne comprend pas très bien la raison de sa présence cependant ce mystère est résolu un peu plus tard dans le roman. C’est d’ailleurs un des moyens utilisé par l’auteur pour nous effrayer ou au contraire nous rassurer.

Le roman se lit relativement vite, surtout si, comme moi, l’histoire vous a envoûté, vous empêchant ainsi de lâcher le livre avant d’avoir dévoré la dernière page. Frisson est un très bon roman qui saura vous divertir. Frisson m’a fait voyager, j’ai facilement visualisé certains lieux, j’avais vraiment l’impression d’y être. Je recommande vivement le premier tome de Maggie Stiefvater aux fans du genre, surtout ceux qui aiment les histoires de loup. Quant à moi, j’ai hâte de démarrer le tome 2.

En passant, je souhaite remercier le site Lecture Academy de m’avoir fait découvrir cette saga!

Bonne lecture.