Je lis, je critique : Le Dernier Voeu

Le_dernier_voeu_Sorceleur_tome_1

Résumé personnel :

Les cheveux blancs, deux épées dans le dos, l’une en fer l’autre en argent, un médaillon représentant une tête de loup dévoilant ses crocs, Géralt de Riv est ce que l’on appelle communément un sortceleur. Il s’agit d’un mutant entraîné dès l’enfance pour le combat qui parcourt les villes et les routes afin de tuer les monstres contre rémunération. Dans un monde peuplé d’elfes, de nains et d’autres créatures en plus des hommes, nous suivons ses aventures qui se présentent sous la forme de nouvelles entrecoupées de scènes qui constituent un fil rouge, où Géralt se retrouve chez la grande Nenneke, une prêtresse chez qui il se soigne et se repose, se remémorant ainsi les aventures que nous lisons.

Critique :

Après avoir découvert la série de jeux vidéos The Witcher, qui est le nom anglais pour sortceleur, je me devais de lire les romans tandis que je découvre l’univers du troisième jeu parce que je suis tombée amoureuse de l’univers de l’auteur et de ses personnages. Je possède d’ailleurs le jeu de plateau The Witcher et je n’attends plus que la sortie du jeu de rôle qui se voit offrir une nouvelle version.

Autant vous le dire tout de suite, ce premier volume est à la hauteur de mes espérances car il a su très vite me combler. On y croise des personnages hauts en couleur comme le célèbre troubadour Jaskier qui a l’art de se retrouver dans le pétrin ou encore Yarpen Zigrin que l’on peut jouer dans le jeu de plateau. Bien entendu, nous faisons la rencontre de Yennefer, une magicienne aussi belle que mystérieuse que l’on retrouve dans le troisième jeu vidéo et que j’avais hâte de découvrir ici. D’ailleurs, si les jeux contiennent de nombreuses références aux romans, de mon côté, j’effectue le chemin inverse en partant des jeux pour saisir les liens avec les romans et c’est assez plaisant. Je comprends ainsi certains détails du jeu grâce aux explications des romans et je vois certains parallèles que l’on peut faire entre les deux, ce qui n’était pas le cas avant.

Les nouvelles permettent d’apporter un bon rythme au livre puisque nous suivons plusieurs quêtes qui sont détaillées mais pas trop non plus, évitant ainsi des longueurs qui nuiraient au recueil qui sert déjà d’exposition.

Ce qui fait la force de la mythologie autour du sortceleur reste, je pense, les nombreuses références voire des réécritures de contes, ou d’autres mythes. Par exemple, la première nouvelle est une réinterprétation très intéressante et même novatrice du conte de Marie LePrince de Beaumont, La Belle et la Bête. Et lorsque l’on sait qu’il s’agit de mon conte préféré, et que l’auteur a bien réussi l’exercice, là et dans d’autres nouvelles, inutile de demander ce que j’ai pensé du roman. En insérant des repères que nous connaissons, des liens avec notre culture, cela permet d’introduire l’univers du sortceleur au nôtre tout en douceur et de manière bien ancrée. Les contes sont ainsi une passerelle entre les deux puisque nous les connaissons, en règle générale, ce qui nous permet d’accepter le reste avec plus de facilité.

J’ai donc adoré lire ce livre, l’écriture de l’auteur reste accessible malgré l’utilisation d’un vocabulaire spécifique que je ne maîtrise pas toujours mais qui me permet ainsi d’enrichir mes connaissances, c’est un très bon recueil, pour ne pas dire roman qui est une source de divertissement à ne surtout pas manquer pour tous les amoureux de l’heroic fantasy. De même que ceux qui, comme moi, ont découvert et aiment l’univers de The Witcher par un autre moyens que le livre, lisez ! Cela vous plaira très certainement.

pal10

Michiko

Publicités

2 réflexions sur “Je lis, je critique : Le Dernier Voeu

  1. Je ne connais pas le jeu mais j’ai toujours été tentée par cette série en livre ! Merci pour ta chronique, elle me tente encore plus ! Je crois que je l’ai en ebook en plus ^^

    • J’ai tous les ebooks haha !!
      C’est bien écrit et la traduction m’apporte pas mal de vocabulaire spécifique ^^
      Si tu aimes la fantasy, tu devrais tester. Attention toutefois car ça reste des lectures adultes (sexe et violence sont au rendez-vous).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s