Je lis, je critique : Une place à prendre

Critique :

« Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt, sa place est à prendre. »

Inutile de rédiger un résumé personnel pour ce roman. La quatrième de couverture vous résume la moitié du livre, ce qui n’est pas rien pour un pavé de 680 pages. Commençons par les points négatifs de ce livre avant de terminer par les aspects positifs.

Le plus gros point négatif est l’histoire. Elle peut intéresser des lecteurs mais c’est un sujet qui ne méritait pas une quantité astronomique de pages. Il ne se passe absolument rien pendant la moitié du roman, l’auteur place ses personnages, dépeint leur vie, écrit leurs réactions et c’est tout. Barry est mort, sa place est à prendre et tous les habitants commentent cela. Il y a ceux qui sont pour Howard et son groupe, ceux qui sont pour Barry et les Champs et ainsi de suite. On suit un grand nombre de personnages, très représentatif, peut-être même un peu trop. Tous les stéréotypes sont présents, l’adolescente mal dans sa peau qui se taille, l’assistante sociale qui n’est pas capable de juger de sa propre vie sentimentale, le garçon amoureux, le père violent et sa femme soumise, ainsi de suite. On passe de clichés en clichés ce qui n’arrange pas les choses.

Cependant, dépeindre ce livre tout en noir serait une erreur car il finit par nous entraîner dans un tourbillon d’émotions grâce à l’évolution de certains personnages auxquels on finit par s’attacher. C’est un livre dur qui porte sur des faits réels, des événements que certains lecteurs ont peut-être déjà vécus. C’est en cela un roman qui peut s’avérer très dur et que certains lecteurs auront du mal à lire sans avoir envie de faire une pause pour lire autre chose de plus léger. Pour les lecteurs qui aiment ce genre d’histoire, alors oui, vous pouvez vous laisser tenter, malgré la taille du livre, malgré les longues descriptions et les multiples personnages.

Et pourquoi ? On peut dire que ce livre est lu grâce à la notoriété de son auteur, ce qui est vrai, mais qu’on ne peut nier son réel talent en matière d’écriture. Autant l’histoire ne séduira pas tout le monde (n’en était-il pas de même avec Harry Potter ?), autant sa plume est merveilleuse et c’est la raison principale qui m’a poussée à continuer ce roman. Elle est fluide, agréable, facile tout en restant adulte. Cela me pousse à lui faire confiance lors d’un prochain roman (j’espère uniquement que l’histoire de son futur roman me plaira davantage). Malgré les stéréotypes, chaque personnage a sa propre personnalité et l’auteur a pris des risques en en décrivant autant. Mais c’est un pari réussi, il est facile de les distinguer et se perdre n’est pas des plus aisés.

Cependant, j’ai repéré quelques fautes dont une qui porte sur le nom d’un personnage (cela peut dérouter et j’ai dû relire plusieurs fois avant de comprendre). Malheureusement, je ne peux pas dire qui en est responsable, (auteur, traducteur, correcteur). Mais il y a eu une autre faute qui ne m’a pas plu, d’autant qu’elle est apparue à de nombreuses reprises. Il s’agit de la cause du décès de Barry. Un anévrisme, c’est une veine qui gonfle dans le cerveau. On peut vivre longtemps avec, sans même savoir qu’elle est là. La rupture d’anévrisme, c’est lorsque ladite veine, au bout d’un certain temps, est trop gonflée et explose, causant une hémorragie interne, suivie de la mort. Or Barry est mort « d’un anévrisme ». Pourtant les caractéristiques correspondent bien à sa rupture. Quand les personnages annoncent qu’ils ont fait des recherches internet et que les médecins ont annoncé cela… Là encore, qui en est responsable, mystère.

Pour conclure, je suis un peu déçue par l’auteur, en ce qui concerne l’histoire qui aurait pu être plus intéressante (là encore, il s’agit de mon ressenti, d’autres lecteurs pourront certainement apprécier cette histoire), cependant, j’ai été ravie de retrouver sa plume qui demeure extraordinaire et que j’espère retrouver dans un prochain roman. J’en profite également pour féliciter le traducteur Pierre Demarty sans qui la traduction n’aurait peut-être pas été aussi bonne et fidèle, me semble-t-il, au style de l’auteur.

Si je devais donner une note sur 20, je mettrais 12/20.

Je remercie PriceMinister pour ce match littéraire.

Lien vers la fiche produit :

http://www.priceminister.com/offer/buy/171949684/une-place-a-prendre-parution-le-28-09-2012-de-j-k-rowling.html

Bonne lecture.

Publicités

6 réflexions sur “Je lis, je critique : Une place à prendre

  1. Une critique très juste, même si au final j’ai été personnellement plus touchée ! 🙂

    Pour « anévrisme » ne serait-ce pas « tout simplement » (mais pas à raison) passé dans le langage courant ?

    • Je comprends pourquoi tu as été touchée, moi aussi mais je préfère éviter de dévoiler de quelque façon que ce soit, ce qu’il se passe à la fin. Après tout, c’est un des meilleurs passages du livre, autant ne pas le gâcher.

      Je ne saurais dire pour le langage courant, pour moi il s’agit d’une erreur puisque ce sont deux phénomènes différents. Mais bon, c’est possible. Cela dit, je n’ai jamais lu « je vais au coiffeur » dans un roman (pourtant, cela fait partie du langage courant).

      Merci pour ton commentaire 🙂

  2. J’ai essayé de lire ce livre en oubliant qui était son auteur (ce n’était pas très facile, J. K. Rowling a longtemps été mon auteur préféré…) et j’ai été extrêmement séduite par le monde qu’elle a réussi à construire. La fin m’a beaucoup touchée. J’ai été vraiment surprise d’aimer autant, car le résumé ne m’avait pas convaincue.

    • Merci pour ton avis 🙂
      La fin est touchante mais je trouve que le roman est trop long pour pas grand chose, finalement. Je ne sais pas si tu l’as ressenti toi aussi.

  3. Après plusieurs fois à venir sur ton blog j’ai enfin compris OU se trouvais la partie commentaire xD (jusqu’ici je pensais qu’on ne pouvait que partager l’article sur les réseaux sociaux…)

    En ce qui concerne Une place à prendre, je n’ai malheureusement pas eu la chance de le lire jusqu’au bout (longue histoire) mais ce que j’en ai lu m’a plu! (Je suis arrivée à plus de la moitié) C’est loin d’être le livre de l’année mais il reste assez sympa. Il faudra que je le reprenne un jour (surtout en lisant vos commentaires sur la fin)

    Pour l’action, c’est vrai que c’est plat et que ça ne bouge pas beaucoup mais j’ai plus interprété ça comme une comédie de mœurs très noire donc ça ne me gênait pas particulièrement. Je n’irais pas dépeindre les personnages comme des stéréotypes personnellement mais c’est vrai que vu que l’on a à faire à beaucoup de personnages. Du coup on a peu de temps pour les creuser vraiment. Par contre j’ai pu constater que JK Rowling apportait un plus grand soin aux personnages ado du roman, on vit qu’elle est plus à l’aise dans leur description0 Je les ai trouvé plus crédible que les adultes personnellement.

    Bref, il faudrait vraiment que je finisse cette lecture ^^

    • Je suis d’accord avec toi sur l’analyse du roman mais on m’en avait parlé en d’autres termes et je me suis attendu à tout autre chose en lisant ce roman. Je n’aime pas trop les « comédies de moeurs » ou j’ai l’impression qu’il ne s’y passe rien d’intéressant (c’est un peu comme regarder les Feux de l’Amour, on s’en lasse vite ^^). Mais objectivement, il est pas mal, oui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s